Logo Vie universitaire
Le mensuel professionnel de l'enseignement supérieur, des universités, des écoles et de la recherche
en partenariat avec
Logo Casden
Vous êtes ici : Sommaire du n° 128

Au sommaire du n° 128 - juin 2009

Édito

Proposition de loi fantôme.

128_couv
Une proposition de loi qui apparaît et disparaît presque aussitôt, quelques jours plus tard. Le tour de passe-passe pourrait sembler comique si la proposition en question ne portait sur un sujet aussi délicat que l'élection des présidents d'université, en plein conflit universitaire... Mais Benoît Apparu a de l'audace. Beaucoup d'audace.
Alors que la mobilisation continue et que tout le monde se préoccupe de savoir où, quand et comment vont se tenir les examens, le député UMP de la Marne n'a rien trouvé de mieux que de déposer une proposition de loi visant à « ne plus établir de différences entre les membres des conseils d'administration et de les faire tous participer à l'élection des présidents d'université, en supprimant la qualité d'élu comme condition nécessaire à la participation à cette élection ». Autrement dit, permettre aux personnalités extérieures à l'établissement (aujourd'hui désignées par le président) d'être nommées avant l'élection par une commission placée sous l'autorité du recteur. Lui-même nommé en Conseil des ministres.
Benoît Apparu pensait-il vraiment parvenir à faire adopter ce texte ? Peut-on vraiment croire que le fin politique n'avait pas envisagé, dans le contexte actuel, que sa proposition déclencherait une véritable bronca ?
Sans doute faut-il davantage y voir une stratégie des petits pas - des pas que la LRU s'était d'ailleurs bien gardée de franchir. L'annonce permet en effet de préparer les esprits à une telle réforme, car pour avoir retiré sa proposition de loi, le député n'a jamais dit qu'il y renonçait.

Vu et entendu

Événement

Universités : un malaise qui perdure : alors que la fin de l'année universitaire approche, le dialogue semble être radicalement rompu entre les personnels mobilisés et le gouvernement. Les examens s'organisent tant bien que mal, mais les revendications continuent. En particulier, la question de la mastérisation n'est pas réglée et nombre de syndicats et associations jugent que les « mesures transitoires » annoncées par Xavier Darcos ne suffisent pas.
Pendant ce temps, l'UMP durcit le ton et menace les bloqueurs de sanctions pénales et les grévistes de sanctions financières.
n128i01

Politique universitaire

TRIBUNE : N'oublions pas la recherche en éducation ! Par Gilles Baillat : alors que la formation des enseignants est au cœur de l'actualité, le directeur de l'IUFM Champagne-Ardenne, vice-président de la Conférence des directeurs d'IUFM, rappelle la nécessité des recherches en éducation et le rôle qu'ont désormais à jouer les universités dans ce domaine.
n128i02
Des réformes à approfondir, selon l'OCDE : l'Organisation de coopération et de développement économique salue les réformes engagées dans l'enseignement supérieur et la recherche mais recommande d'aller plus loin, notamment dans l'autonomie des universités.
Des campus prometteurs et innovants : 260 millions d'euros ont été alloués à neuf campus, primés pour leur potentiel scientifique et la qualité de leurs projets.
Carte des campus prometteurs et innovants
©
Carte des campus prometteurs et innovants
Orientation active : près de 632 000 élèves de terminale se sont préinscrits sur le site Admission Post-bac afin de poursuivre leurs études dans l'enseignement supérieur à la rentrée prochaine.
Un plan pour les nanotechnologies : Valérie Pécresse a lancé un plan visant à favoriser le dépôt de brevets et leur commercialisation par l'industrie.
La CURIF en croisade contre SYMPA : la Coordination des universités de recherche intensive française (CURIF) pointe l'insuffisance des critères retenus par le nouveau système de répartition des moyens.
Les dépenses du ministère : c'est grâce à la ténacité du député socialiste René Dosière que l'on connaît aujourd'hui les dépenses des différents ministères et secrétariats d'État.
Un consortium national pour l'agriculture : six organismes de recherche et d'enseignement supérieur se sont regroupés pour renforcer la coordination des stratégies de recherche et de formation dans le domaine agronomique.
La CPU partenaire de la Sécurité routière : une convention a été signée dans le but de « promouvoir la sécurité routière dans la vie étudiante ».

Vie des établissements

La dématérialisation, solution contre le trafic de diplômes ? L'École supérieure de commerce de Troyes a mis en place une certification électronique de ses suppléments au diplôme.
n128i04
De nouvelles conventions Apec : l'Agence pour l'emploi des cadres approfondit ses liens avec les universités, à travers la mise en place de six nouveaux partenariats.
Un SUP toulousain : l'Université de Toulouse met en place un Service interuniversitaire de pédagogie (SUP) qui proposera à partir de la rentrée prochaine un catalogue de formation continue.
Les IEP de province font front : pour la deuxième année consécutive, six Instituts d'études politiques organisent un concours commun. Sur fond de rivalité avec Paris.

International

Suisse : Genève veut devenir un pôle d'excellence en matière de finance : l'université de Genève a créé un Institut de recherche et de formation en finance pluridisciplinaire, ouvert sur les questions de société.
Façade d'Uni Mail
©
Façade d'Uni Mail
L'Allemagne est-elle menacée par une pénurie d'universitaires ?

Dossier

Quand l'alternance gagne le supérieur

n128i06
L'alternance a d'abord concerné les formations courtes de techniciens. À l'époque de la création de ces filières, il s'agissait en particulier d'intégrer à des cursus académiques un certain nombre de pratiques professionnelles, jusqu'à un niveau bac +2. La tendance générale à la professionnalisation des enseignements, a conduit aujourd'hui à étendre le dispositif à des cursus d'enseignement plus généralistes et à des formations du supérieur.
L'alternance a ainsi effectué une mutation et recouvre aujourd'hui des réalités très variées. Pour les responsables d'établissement, au-delà de la source de revenus qu'elle représente, elle apparaît comme un moyen de diversifier le recrutement de leurs étudiants et de travailler la visibilité de leurs diplômes auprès des entreprises. C'est la raison pour laquelle, en tant que filière professionnalisée par excellence, elle se développe partout en France et dans tous les domaines académiques. Même si elle n'est évidemment pas la solution miracle contre le chômage des jeunes.

Magazine

Processus de Bologne : un anniversaire controversé

Voilà dix ans qu'a été lancé le processus de Bologne, destiné à harmoniser les systèmes éducatifs européens. S'ils ne critiquent pas cette finalité, certains enseignants et étudiants dénoncent une « vision libérale » à l'œuvre dans ce processus.

Portrait - Étudiant malgré lui

Jeune chercheur au quotidien mais administrativement considéré comme un étudiant, Simon Thierry dénonce le manque de reconnaissance dont sont victimes les doctorants.
Simon Thierry
©
Simon Thierry

Pratique

Les examens et le droit (2) : les pouvoirs des jurys

L'évolution exponentielle du nombre d'examens et de concours a mis en perspective des dispositions de plus en plus encadrées et des procédures de plus en plus complexes quant à leur organisation. Or la crédibilité des enseignements et des diplômes repose sur la capacité des différentes structures à les organiser. Ce que l'on peut appeler « le droit des examens » s'articule autour de sources juridiques différentes, dues à la diversité des diplômes, à l'autonomie des établissements et à la spécificité du statut des enseignants-chercheurs.

Lecture : Favoriser la réussite des étudiants

Sous la direction de Carine Elbekri-Dinoird, Presses de l'enssib, 2009